Saturday, November 1, 2014

Arrêtez de vous faire manipuler

octobre 1, 2009 par Christine  
Classé sous Vous

businesswoman dominating businessmanDémasquez
vos maîtres chanteurs !

Vous vous rappelez ce nouveau dossier que vous avez accepté de traiter alors que vous étiez déjà débordé ? Et ce pull que la vendeuse a réussi à vous faire acheter alors que vous le trouviez trop serré ? Ce jour-là, vous avez été victime de manipulateurs doués. On en trouve partout et ce n’est pas toujours simple de s’en débarrasser. Alors, apprenez à les identifier puis à les contrer.

1. Le patron

Qui n’a jamais accepté du boulot supplémentaire alors qu’il était déjà débordé ? Peu peuvent lever le doigt. Et pour cause, un patron, ça se respecte et on lui dit difficilement non. Par peur de déplaire, de rater une éventuelle augmentation, à cause du collègue qui lorgne sur votre poste, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas refuser une requête du chef. Le patron qui arrive à ses fins sait comment s’y prendre avec vous. Il connait vos points faibles et vos craintes et il sait comment jouer avec votre corde sensible. « Je sais à quel point vous vous impliquez dans la société, alors je compte sur vous pour nous bétonner cette présentation », « J’ai toujours su en vous engageant que votre investissement serait entier dans notre société »…

Manipulation-PH103-009« A chaque fois que mon patron partait en vacances, il me demandait de tenir la librairie 6 jours sur 7 avec des horaires de fou. Selon lui, aucun étudiant ni intérimaire ne m’arrivait à la cheville et moi seule pouvait tenir la boutique. La vérité, c’est qu’il ne voulait pas payer quelqu’un pour me seconder. Pourtant, comment refuser alors qu’il m’inondait de compliments sur mon professionnalisme ? La seule issue que j’entrevoyais pour y échapper était de donner ma démission », explique Sophie.
Votre patron sait exactement comment vous mettre en position de faiblesse pour que vous ne puissiez rien lui refuser.

2. La vendeuse

Si on dit que les vendeurs de voiture sont capables de vendre des lunettes de vue à un aveugle, ils ne sont pas les seuls. Qui n’est jamais ressorti d’un magasin avec une paire de chaussures ou un pantalon qu’il n’a jamais mis ? « Vous n’avez pas encore de sarouel, mais ce modèle a défilé sur tous les podiums de la saison, c’est absolument tendance », « Cet abonnement téléphonique vous permettra d’appeler plus souvent votre fille, vous serez une bonne mère », « 150 kg de pommes, c’est vite mangé, vous verrez, et puis ça se garde très bien »…

aspiLes vendeurs ont généralement du bagout et un ton convaincant, ce qui en fait de très bons manipulateurs. Et puis c’est lui le professionnel, nous ne sommes que le (trop) naïf client qui se renseigne et souhaite faire une bonne affaire. On est en demande, une faille qu’exploite très bien le bon vendeur.
Yasmina en a fait les frais récemment. « J‘ai acheté le mois dernier un aspirateur sans sac très haut de gamme. Il fonctionne à merveille, c’est exact, mais j’habite un studio de 24 m2, je vis seule sans animaux et j’étais entrée dans le magasin avec l’intention d’acheter un petit aspirateur standard. Ce n’est que le soir, chez moi, à froid que je me suis rendu compte que le vendeur avait eu les mots qu’il fallait pour me faire acheter ce que je ne voulais pas. Mais il était trop tard et j’ai préféré garder l’aspirateur plutôt que de retourner dans le magasin pour l’échanger ».

Ce qui déroute le client victime, c’est que les pièges et les méthodes utilisées par les vendeurs manipulateurs sont très variés. Il faut avoir beaucoup de personnalité et de lucidité pour ne pas se laisser influencer.

3. Votre conjoint

Manipulation-PH96-010Le fait de bien vous connaître donne à votre moitié des armes précieuses pour vous manipuler, parfois inconsciemment. « Tu peux réserver des vacances à la montagne pour cet été, mais ne compte pas sur moi pour t’accompagner », alors que votre conjoint sait parfaitement que jamais vous ne partiriez en vacances sans lui. « Si tu l’aimes vraiment, mets ce pantalon, mais je trouve qu’il te tasse et te fait des grosses cuisses », alors que le partenaire sait pertinemment bien que le sujet « kilos en trop » est une de vos cordes sensibles. « Si tu t’inscris à ce cours de tennis, les enfants te verront encore moins » alors que la vraie raison est la jalousie et la peur de perdre son conjoint. Il s’agit de chantage déguisé. « Tu peux faire ça mais… » « Si tu fais ça, alors…» Et comme dans un couple, on veut plaire à l’autre, on cède la plupart du temps. Pourtant ce n’est pas parce que vous enfilez un vêtement que votre conjoint n’aime pas ou que vous le laissez une soirée pour jouer au tennis, que vous mettez votre couple en danger.

4. Les copains

Parmi les amis, on trouve différents types de manipulateurs, mais il y en a un qui revient souvent : celui qui arrive à vous faire accepter des choses que vous ne vouliez pas. Garder ses enfants un week-end entier, jouer le Bob chaque fois que vous sortez ensemble sous prétexte que vous aimez moins l’alcool, faire les navettes vers l’école, car lui travaille vraiment beaucoup (sous-entendu beaucoup plus que vous), lui prêter une petite somme alors qu’il ne vous a toujours pas remboursé celle qu’il vous doit, vous charger d’acheter un cadeau commun, car vous avez de bien meilleures idées que lui…

eric-bellemans-bague-aigue-marineAnne raconte comment elle a perdu la bague de fianciailles de sa grand-mère. « Une de mes amies m’a un jour demandé de lui prêter une bague. C’était une aigue-marine et j’y tenais comme à la prunelle de mes yeux, car c’était la bague de fianciailles de ma grand-mère décédée. Je lui ai répondu que je ne la prêtais jamais, car j’y tenais trop mais elle ne s’est pas laissé démonter pour autant et à force d’arguments, elle a fini par me convaincre. Selon elle, il n’y avait que cette bague qui irait avec sa tenue, si je ne lui faisais pas confiance, comment pouvait-elle encore être mon amie, je ne devais lui prêter que le temps d’une soirée, une bague n’était pour finir qu’un objet matériel… J’ai fini par céder et je le regretterai toute ma vie, car mon (ex) amie a réussi à perdre cette bague. Comme elle lui serrait trop le doigt, elle l’a enlevée au cours de la soirée et l’a mise dans sa poche, d’où elle est retombée sans qu’on ne la retrouve. »
Ce jour-là, Anne a perdu cette bague à laquelle elle tenait tant, mais aussi, une partie de son estime d’elle-même, car elle s’est sentie nulle d’avoir accepté la demande de son amie alors qu’elle ne le souhaitait pas.

5. Les enfants

Manipulation-PH63-008« Si je ne peux pas regarder la télé, je ne t’aime plus ! », « Je veux encore un biscuit sinon tu n’es plus ma maman ! », ces phrases font sourire, mais quand on les entend de la bouche de ses propres enfants, on sait le pouvoir qu’elle peuvent avoir. Les enfants perçoivent très bien le lien d’amour qui existe entre eux et leurs parents et ils savent en jouer pour obtenir ce qu’ils veulent. Pour peu que le papa ou la maman n’ait pas pleinement confiance dans ce lien, il cède facilement. « Quand je vois mon fils un week-end sur deux et qu’il me menace de ne plus venir chez moi parce que je ne cède pas à ses caprices, je reconnais qu’il m’est difficile de lui dire non. C’est évidemment la solution de facilité mais tant pis. Je préfère lui payer un nouveau jeu ou le laisser une matinée en pyjama devant la télé, que de le voir fâché contre moi » avoue Renaud. « Pour prendre sa douche avec son maillot d’été qui se trouve dans une valise au grenier ou dormir avec son cobaye, Lily remet régulièrement notre amour en question. C’est épuisant. Et pour essayer de m’amadouer, elle me demande ce qu’elle veut avec sa petite voix douce, genre ‘maman chérie que j’aime tant, mais je ne cède pas » explique Marie qui sait que ce n’est pas pour autant que son enfant l’aimera moins. Au contraire, un non justifié et des règles de vie à respecter, cela structure un enfant pour la vie.

mere fille6.Les parents

Voir ses enfants devenir indépendants, c’est un plaisir pour la plupart des parents.
Mais certains ne supportent pas ce détachement et continuent à agir comme si leurs enfants étaient de grands adolescents. Virginie qui affiche quelques kilos de trop, assumait très bien de ne pas avoir la taille mannequin, jusqu’au jour où elle a fini par douter tant elle a été harcelée par sa mère. « Elle me disait que rien ne m’allait, qu’elle avait de la peine à voir sa fille si grosse alors que j’étais une jolie petite fille toute mince, que jamais je ne trouverais un homme qui m’accepterait, elle s’étonnait même que j’avais trouvé un bon boulot. En fait, je ne la voyais jamais sans qu’elle ne fasse une remarque sur mon poids et j’ai fini par me sentir mal dans ma peau. Ce n’est que grâce à une amie que j’ai compris comment ma mère m’avait manipulée. Aujourd’hui, si elle évoque ce sujet devant moi, ma mère sait qu’elle ne me verra plus pendant un mois, alors elle s’abstient. »

Très souvent, on retombe dans deux scénarios : « tu dois changer (de style, de conjoint, de boulot, de lieu d’habitation…) pour me plaire » et « si tu ne fais pas ça, tu n’es pas un bon enfant. Pourtant, après tout ce que j’ai fait pour toi… » Jean a encore du mal avec les remarques insidieuses de sa mère, veuve depuis 3 ans. « Elle m’appelle et me demande si je vais passer la voir en rentrant du boulot. Si je lui dis que j’ai prévu de manger avec mon épouse et mes enfants ou que je vais jouer au foot avec les copains, elle me répond que ce n’est pas grave, puis elle enchaîne immédiatement sur sa solitude si pénible, sur le fait que ce serait mieux pour tout le monde si elle mourrait. Me sentant trop coupable, je passe alors quand même la voir. »
La manipulation entre parents et enfants se base la plupart du temps sur des liens affectifs, et ceux-là sont plus sensibles que tout les autres.

Manipulation-PH00-026Les tactiques de manipulation

1. Le compliment :
il s’agit d’inonder la victime de belles paroles, de la féliciter pour ensuite faire sa demande. Flattée, de bonne humeur, la personne refusera rarement. « Toi qui es toujours si débrouillarde et bonne conductrice, tu veux bien emmener ton frère chez son copain ? »
2. La menace :
en général, le manipulateur vous laisse libre choix, mais il vous prévient tout de même très clairement de ce qui pourrait vous arriver si vous ne lui cédiez pas. « Tu peux aller passer la Noël chez tes parents si tu en as envie, mais ne compte pas sur moi pour t’y accompagner », « Achète cette machine à pain si tu le souhaites, mais je n’y toucherai pas. »
3. La plainte (ou le silence) :
dans ce cas, le manipulateur tire la tête et porte le poids du monde, il s’exprime peu sauf pour vous faire comprendre sa déprime et surtout ce que vous pourriez faire pour l’en sortir. Sous-entendu, si vous ne faites rien, c’est que vous vous n’avez pas de coeur.
4. Le grand déballage :
ici, au contraire, le manipulateur largue un flot de paroles ininterrompu pour noyer le poisson.
Vous faites alors un pas et lorsque vous êtes sur le point d’accéder à sa demande, il vous fait part d’une soudaine condition. « Bernard, votre sens de l’initiative, votre enthousiasme et votre organisation sont des atouts qui vous porteront loin. Vous ai-je déjà dit que j’ai songé pour vous à une éventuelle augmentation ? Vous le méritez vraiment. Et tandis que vous opinez de bonheur, il rajoute : « A condition bien sûr que vous acceptiez de quitter Bruxelles pour Arlon.

Comment faire face

1. Pour identifier un manipulateur, sachez qu’il joue sur vos peurs (de perdre votre travail, de vous retrouver seule, d’être une mauvaise mère…), sur votre sensibilité et vos sentiments de culpabilité. Et que très souvent, son opinion vous importe.

2. Demandez un temps de réflexion avant de répondre à la requête d’un manipulateur éventuel. Si la vendeuse vous dit que le sarouel est tendance, vous en trouverez toujours un en rayon sans vous décider sur le champ.

3. Lorsque vous annoncez votre décision, ne vous justifiez pas à force d’arguments variés. Chaque explication donnée sera une perche tendue au manipulateur et il essayera de la retourner contre vous. Annoncez simplement votre décision et dites que vous ne changerez pas d’avis pour parer toute nouvelle attaque. Si malgré tout, vous vous sentez acculé, dites des phrases comme ‘Je sais que cela vous fâche, mais je ne changerai pas d’avis’, ‘ J’ai bien réfléchi, c’est ma décision et je ne reviendrai pas dessus’, ‘Je suis triste que vous le preniez comme cela, mais cela ne changera rien’,  »A chacun son point de vue’.

Caroline Hupet

Donner votre avis

Dites nous ce que vous en pensez
et mieux, si vous voulez illustrer votre commentaire, allez-y gravatar!